19/05/2015

Tasha Tilberg, un vent de liberté

Notre muse du mois de mai est une mannequin canadienne star des années 90 qui fait son come-back aujourd’hui, Tasha Tilberg.
Née en 1979, Tasha détonne dans le milieu parfois lisse de la mode.
Tasha Tilberg par Robin Black pour Work Magazine.
Tasha a en effet 36 ans, ce qui n’est pas franchement vieux mais remarquable dans un milieu où la moyenne d’âge est plutôt de 16, et elle assume ouvertement son homosexualité. Elle est mariée à son agent Laura Wilson avec qui elle a des jumeaux, Bowie et Gray, qu’elles élèvent dans un mode de vie écolo, dans leur ferme de Vancouver.

Tasha Tilberg en rockeuse de l'espace pour Harper's Bazaar UK.
Si Tasha est devenue mannequin à 14 ans, elle a grandi loin de ce milieu et n’aspirait pas à le devenir. Elle se définit d’ailleurs aujourd’hui plus comme une musicienne, sous le pseudonyme Rusty Foxglove, que comme une mannequin.
Photos de Tasha Tilberg par Tom Munro pour Vogue Paris.
Mais si on adore Tasha, c’est aussi parce qu’elle est l’une des premières mannequins (très) tatouées. Si cela paraît banal aujourd’hui avec l’arrivée de mannequins comme Abbey Lee ou Freja Beha et la démocratisation quasi-totale de cet art, ça ne l’était lorsque celle-ci a débuté dans le milieu. Tasha explique qu’elle a toujours eu envie d’affirmer son individualité, et que les tatouages mais aussi les piercings étaient un moyen pour elle de le faire.

Et nous, on aime cette liberté !

On a imaginé deux looks pour Tasha : une tenue confortable et tout-terrain pour la journée et un look noir et blanc épuré pour le soir. Dans les deux cas, on a privilégié le confort et les détails dorés !

Anaïs & Morgane

11/05/2015

Mai

Enfin, le soleil est la ! Après une première tentative début avril, on est tellement contentes de le voir faire son retour ! En attendant l'été, on a envie de week-end à la mer et de maillots de bain une-pièce. Et puis, pour profiter du printemps, on mise sur les cornets de glace et de beaux bouquets de fleurs.

Profitez bien des beaux jours les sisters (& brothers) !


Morgane & Anaïs

28/04/2015

Charlotte Ronsseray, docteur ès chemises

Aujourd'hui, on vous présente Bob Carpenter, une jeune marque qui nous a tapé dans l’œil il y a déjà quelques temps. Si nous n'avons pas pu rencontrer Charlotte Ronsseray, la créatrice de la marque, nous échangeons des mails depuis déjà quelques mois. 

Elle a accepté de répondre à toutes nos questions, avec gentillesse et humour.


Charlotte Ronsseray au travail : couture et humour avant tout.


1) Quel est ton parcours, ta formation ?

J'ai un Master 2 en droit International. Je suis donc une autodidacte concernant le travail que j’accomplis chaque jour.

2) Comment en es-tu venue à créer ta marque ?

Je suis tombée dans la mode en comprenant qu’elle pouvait être un excellent moyen d’expression. A la fin de mes études je fuyais le monde de l’entreprise. C’est à ce moment là que j'ai décidé de créer ma société.

Nous avons eu envie d’imaginer une marque de prêt-à-porter dont l’histoire et l’atmosphère parle à tout le monde, dans un cadre peu exploité pour ce milieu. Pour cela nous avons choisi de mettre en scène le monde de l’entreprise. 
 

3) Comment définis-tu le style de ta marque ?

Je cherche à créer des chemises qui se démarquent tout en étant chic et confortables. 
 

4) Quelles sont tes sources d’inspirations ?

Je suis en permanente recherche du dépareillement qui fonctionne. L’objectif étant de réussir à piquer l’attention sans prétention.

Jeux de couleurs et style graphique sont à l'honneur dans les créations de Charlotte Ronsseray.


5) Qu’est ce qui t’as donné envie de faire ce métier ?

Fuir le monde de l'entreprise. J'ai décidé de créer ma propre marque car le monde de l’entreprise, et certains de ses aspects conformistes, me repoussaient. Nous avons donc décidé de créer une marque de chemises, dynamitant ce symbole du monde de l’entreprise par excellence.


6) Qui rêves-tu d’habiller ? As-tu une muse ?

Tous les banquiers du monde !


7) Quels créateurs t’inspirent ?

Je suis une fan incontestée de Henrik Vibskov, qui n'a pas de limite. J'adore aussi le travail de Rei Kawakubo (créatrice de Comme des garçons). Karl Lagerfeld, évidemment, pour son sens de la formule. 
 

8) Quels obstacles as-tu rencontré au moment de créer ta marque ?

Lorsqu'on crée une boîte, sans la formation adéquate et sans lever de fonds, on rencontre, à la louche, 200 millions d'obstacles.


9) N'est ce pas difficile de trouver des financements ?

Si. En ce qui me concerne, je n'en ai pas trouvé. Je suis partie d'une petite somme de départ et j'ai réinvesti au fur et à mesure tout ce que je gagnais.

Cet hiver on a également organisé une collecte su KissKissBankBank afin de proposer à tous ceux qui serait sensible à notre univers et à nos créations de participer en investissant dans la production ! Le projet a bien marché et nous avons sorti notre première collection de blazers.

Les blazers font également parti du vestiaire Bob Carpenter.



10) Quelle est ta création préférée ?

Les plastrons en laine de costume. C'est la première idée que j'ai eu au commencement et c'est comme cela que j'ai dessiné mon tout premier modèle. Aujourd'hui cela continue aussi bien de provoquer des coups de cœur comme de faire peur aux plus frileux. Alors nous adorons continuer de réinventer cette idée à chaque collection. 
 

11) As-tu une matière fétiche ?

La laine.


12) Qu’est-ce que te plait le plus dans ton métier ?

Pouvoir faire les choses à ma façon.


13) Et enfin, comment as-tu fait pour que les serveurs du Wanderlust portent tes créations toute la saison dernière ?

Nous avons participé à une vente de créateur "Brunch Bazar" organisé au Wanderlust l'hiver d'il y a deux ans. C'est à ce moment là que nous avons fait connaissance avec l'équipe qui s'occupe de la direction artistique du lieu. Au fil des mois nous avons continuer de leur envoyer les books des collections Bob Carpenter afin qu'ils puissent suivre l'évolution de la marque. Plus tard, ce sont eux qui nous ont appelé pour nous proposer la collaboration. 


Merci Charlotte et longue vie à Bob Carpenter !


Morgane & Anaïs

 

06/04/2015

Zippy Seven, la mannequin bohème

Née en 1992 à Sydney, Zippora Seven, surnommée Zippy, a grandit sur un bateau à Auckland, entourée de ses parents et de ses deux frères. Elle passe son enfance au cœur de la nature avant de devenir mannequin.


Quand elle ne pose pas pour les magazines Jalouse, Elle ou The Oyster, elle enchaine les campagne publicitaires pour H&M, Billabong ou See by Chloé.


Aujourd'hui, elle vit à New-York avec son amoureux photographe et réalisateur, Terence Connors. Dès qu'ils en ont l'occasion, ils partent en road trip à travers le monde
Vous pouvez suivre leurs aventures sur leurs comptes Instagram respectifs : celui de Zippy et celui de Terence.


On aime beaucoup son naturel, sa façon de s'amuser avec les vêtements, son look un peu hippie et ses belles boucles blondes. D'ailleurs, sa principale source d'inspiration stylistique sont les hippies qui vivent dans le désert.

 

On adore ces deux séries mode, pour l'Officiel et pour Elle Japon. 
On a aussi voulu vous montrer l'une de ses collaborations avec Billabong, en adéquation avec son style bohème.




On s'est amusées à imaginer deux looks pour la jolie Zippy
Pour la journée, on a privilégié un style frais, coloré et pratique. Pour le soir, on s'est inspiré de style grunge en mixant robe à fleurs et grosses chaussures. Mais on a également apporté un peu de poésie à l'ensemble avec une couronne de fleurs dorées et de beaux bijoux ethniques.


Morgane & Anaïs